Publié le 14 Janvier 2021

Secret 47
 



La suite après cet épisode un peu traumatisant, c’était une mise en liberté surveillée par la justice, la famille, et l’éducation nationale. Les vacances, je travaillais dans l’imprimerie de mon grand-père, au dégravage des écrans de sérigraphie, poste, sale, humide, bruyant, une punition, je pense. Imaginez une pièce sombre, un karcher très bruyant, on asperge les écrans après les avoir enduits de décapant, ça gicle dans tous les sens. Debout sur une palette pour ne pas mettre les pieds dans la gangue d’émulsion et d’eau, le décor est gris sale et tout prend cette couleur, y compris le bonhomme. Je soupçonne mon grand-père de m’avoir mis là pour montrer aux autres ouvriers qu’il n’y avait pas de favoritisme. Que cela ne tienne j’avais remarqué deux choses : si on resserrait le jet du karcher on pouvait faire des dessins sur les écrans, ça m’amusait pas mal et la deuxième, un accident et hop l’écran crevé, foutu il partait dans un autre atelier pour être refait sans passer par la case dégravage. Heureusement que j’allais au collège, là je pouvais m’échapper, pour retourner au 18 rue Général Perrier. Ça avait changé, les locataires étaient plus tranquilles, moins de dealers, moins de dope, juste de l’herbe locale. Et certains étaient des élèves des beaux-arts. Je voulais y rentrer, mon père voulait que je passe le brevet d’abord. Comme je l’ai déjà évoqué, j’ai eu le brevet en trois ans. J’allais voir de jeunes peintres Nîmois dans leurs ateliers, au bistrot, à la galerie Jules Salle, je découvris là tout un univers qui a énormément compté dans mon éloignement de la drogue et du milieu qui va avec. Bon ça ne s’est pas fait d’un seul coup, je prenais encore quelques acides, un peu de coke et de l’herbe, mais comme j’étais surveillé ça devenait de plus en plus rare. Il faut dire aussi que la mort de YR me pesait encore, un immense sentiment de culpabilité ne m’a plus quitté depuis. C’est des moments marquants et qu’on ne me raconte pas que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, ce qui ne nous tue pas nous poursuit longtemps.

 

À suivre
 

Voir les commentaires

Rédigé par jacques

Repost0

Publié le 12 Janvier 2021

Secret 46
 

Le procès de la bande du Vistre a eu lieu dans la grande salle du tribunal, ce sont des audiences à la chaîne, les affaires se déroulent souvent rapidement, avec des avocats commis d’office. Le juge monsieur Toulzat nous demande d’entrer, je n’oublierai jamais sa tête quand il nous a vus en compagnie de Maître Pierre Richaud grand avocat de Nîmes (grand ami de mon père aussi).
« Comment des gamins ont trouvé assez d’argent pour se payer cet avocat ? » il a du se dire.
Alors nous avons assisté à une plaidoirie magistrale, avec effets de manches et voix d’orateur, du grand spectacle. Nous ne risquions pas grand-chose, car quasiment tous mineurs, sauf ML qui lui a fait quelques mois de prison. L’accusation de non-assistance à personne en danger n’a Pa été retenue, mais la détention de produits stupéfiants oui. À cette époque les mineurs avaient obligation d’avoir un suivi médical et d’avoir un adulte qui se porte garant de sa bonne conduite. J’ai donc été obligé de réintégrer le collège et mon père venait me chercher tous les soirs. J’étais surveillé en permanence. J’ai été ébranlé par toute cette affaire, j’ai calmé le jeu jusqu’au brevet et l’âge de 16 ans. L’affaire avait fait grand bruit dans le village, notre réputation en à pris un sacré coup et certaines personnes interdisaient à leurs enfants de nous fréquenter, ce qui a resserré les rangs de la bande du Vistre

 

À suivre
 

Voir les commentaires

Rédigé par jacques

Repost0

Publié le 7 Janvier 2021

Secret 45

Un soir au jardin de la fontaine nous avions festoyé aux cafés arrosés. Les séances de vélo acrobatique s’étaient bien terminées, pas de chutes. YR était tellement ivre que je l’ai chargé sur mon dos jusqu’au 18 rue Général Perrier. Le grand escalier m’a paru très long, YR, d’un seul coup est devenue plus lourd j’ai senti qu’il venait de mourir sur mon dos. Je l’ai laissé chez lui, et tout à basculé dans une sorte de brouillard, les flics le commissariat de la ZUP, des affiches de films policiers, Delon et Belmondo, un gentil et un méchant, des gifles, une accusation de non-assistance à personne en danger, l’arrivé au poste de mon père et d’un avocat ténor du barreau. J’étais mineur donc j’ai échappé à la prison. ML lui est resté en garde à vue, et tous les autres mineurs ont été remis en liberté dans l’attente du procès. J’ai compris à ce moment le pourquoi on m’avait amené seul dans ce commissariat, comme j’étais le plus jeune ils m’ont cuisiné pour que je dise qui avait vendu la dope, car YR a succombé à une overdose. La suite je ne m’en souvient pas bien, un immense sentiment de culpabilité. (Non-assistance à personne en danger) Si j’avais prévenu les secours…
À 14 ans c’est un poids lourd à porter. Plus tard quand je suis retourné au 18 rue Général Perrier, BC avait écrit sur la porte de YR cette phrase :

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie »*.

 

La bande du Vistre au moins jusqu’au procès ne s’est plus reformée, les réactions des parents ont été variées, et plus ou moins dures.
 

À suivre
 



* Aden Arabie

Paul Nizan
« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie.
Tout menace de ruine un jeune homme : l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes. Il est dur à apprendre sa partie dans le monde.
À quoi ressemblait notre monde ? Il avait l’air du chaos que les Grecs mettaient à l’origine de l’univers dans les nuées de la fabrication. Seulement on croyait y voir le commencement de la fin, de la vraie fin, et non de celle qui est le commencement d’un commencement. »

 

Voir les commentaires

Rédigé par jacques

Repost0

Publié le 5 Janvier 2021

Le jardin de la fontaine fermait le soir, nous avions fait un passage sur le côté pour y rentrer à la nuit tombée. Le jardin n’était que pour nous, un vaste terrain de jeu. Même si nous nous défoncions souvent, on avait gardé cette envie de s’amuser en bravant les gardes de nuit. C’est peut-être ça qui en a sauvé quelques-uns de la descente aux enfers du junkie. La nuit, le jardin de la fontaine servait à toutes sortes de gens, qui venaient draguer, vendre, s’exhiber ou tout simplement prendre une dose d’adrénaline. Le jardin, dans ces années-là n’était pas taillé et rangé comme maintenant, on pouvait facilement se fondre dans les taillis. Ça nous est arrivé plusieurs fois de dormir à la belle étoile et de nous réveiller au milieu des visiteurs. Le Bar du jardin s’appelait « le pavillon » le lieu de rendez-vous hors de la ville où l’on pouvait rester toute la journée. Le café arrosé, notre boisson favorite, pas chère et efficace pour se saouler, nous en buvions pas mal, et les soirées au « pavillon » se finissaient en toutes sortes de délires plus ou moins dangereux. La pratique du vélo sur les rambardes en pierre du jardin avait notre préférence, d’un côté l’eau cinq six mètres plus bas et de l’autre le sol à un mètre, c’est un exercice périlleux et riche en adrénaline. Personne n’est tombé ni dans l’eau ni sur le sol. Une autre activité en ville consistait à casser des vitrines comme ça pour la beauté du geste, certaines vitres explosaient en mille petits morceaux en faisant un bruit de grêle, d’autre se fracassaient en éclats vifs et tranchants et parfois le projectile rebondissait sans casser la glace, sur celles-ci on s’acharnait sans pourvoir leur faire la moindre fente.
 

À suivre

Voir les commentaires

Rédigé par jacques

Repost0