A Mauvaise herbe

 

Je reprendrais les aventures du Vistre au prochain épisode.

À vous…

Je veux parler de toutes les personnes qui au cours d’une vie, pour exercer leur petit pouvoir ne serait ce qu’un petit instant ou sur de longues périodes, pour assouvir une libido déviante, une éducation à œillères, un moule établi, une tradition familiale, un rang à tenir, ce permettent de détruire la vie d’un enfant, qui à seulement besoin de bienveillance, de justice, d’explications.

Je pense à ce copain plus âgé qui vous manipule pour assouvir une pulsion sexuelle. Je pense à des parents sans aucune pudeur ni discrétion, faisant voler en éclats l’idée même du couple parental.

Je pense à ce grand-père maladivement intransigeant qui vous écrase et vous traite en permanence de bon à rien, et cet oncle qui répète à qui veut bien l’entendre que vous êtes une cloche et un bon a rien. Je pense aussi à l’entourage qui réussit, et qui sert de comparaison « prends exemple il ou elle, réussit » ces profs des beaux arts qui sous prétexte que vous n’êtes pas dans la mouvance de la création, ne font aucun cas de votre travail, en vous rabaissant sans cesse. Je pense à ce manque de tendresse et de gestes doux.

Tout ces irresponsables qui détruisent toutes tentatives de progresser, et qui vous inculque la croyance que vous êtes un bon à rien, quelqu’un de sale, en faute, déviant, pas capable d’aimer ni d’être aimé.

L’autodestruction devient la seule échappatoire.

Et vient l’attirance vers tout ce qui peut masquer tout ça : drogue, boulimie, délinquance, conduite à risque. La fugue sous toutes ses formes.

Je veux vous dire à tous que vous ne m’avez pas détruit et aujourd’hui, la mauvaise herbe que vous vouliez détruire continue de pousser.

Mal à vous…

JL


 

 

Rédigé par jacques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :